C’est un petit défi lancé par ma camarade d’écriture Lynda Guillemaud, que je fais aujourd’hui avec grand plaisir. Il est suivi par d’autres auteurs de mes amis, comme Anne-Cerise Luzy.

C’est un exercice plutôt difficile, tout le monde en conviendra. J’étais, lors de ma prime jeunesse, une grosse lectrice. De l’âge de 6 ans jusqu’à mes premiers enfants, j’ai lu environ 3 ou 4 livres par semaine, quelques fois un par jour. Je piochais dans la biblio de mon papa, qui comme moi était un amoureux des livres. Il avait pour habitude de dire : «  je préfère lire un livre que manger un steak ! » A son époque et dans le milieu ouvrier où nous vivions, à Marseille, c’était plutôt une lubie de fada… Bref, sa biblio m’était ouverte, comme une fenêtre de plus dans l’appartement du 14e étage de notre tour, dans la cité. Avec la lecture, je voyageais loin.

Mon père avait le goût des beaux romans, des sagas américaines, des romans noirs… point de «  classiques » mais quelques prix  et de la poèsie.

J’ai hérité de tout ça. Ça fait partie de mon éducation, de mes racines, de mes gènes, merci Papa, pour toutes ses belles découvertes.
Quelques années plus tard, ayant quitté le giron familial, il m’arrivait de voir sur sa table le même livre que je venais d’acheter. Nous avions alors des discussions passionnées, jamais sur l’auteur, jamais sur le style, mais toujours sur l’histoire. Les chiens ne font pas des chats… !

Pour en revenir au sujet, comment choisir 5 livres dans cette profusion de lectures ? Rassurez-vous j’en ai oublié les 3/4 ! Il m’arrive de tomber quelque fois sur une de mes anciennes lectures oubliées, et là aux premiers mots, je me dis «  ah mais oui je l’ai lu ! » Il m’arrive aussi de relire certains livres que j’ai vraiment aimés à une époque sans que j’y retrouve le moindre attrait… Je vais donc tenter de réfléchir à ce qui subsiste… Je ne vais pas vous faire un résumé des livres, vous pouvez en trouver sur Internet. Et puis c’est bien connu : je ne sais pas raconter les livres !

1 – Les mémoires d’un Âne – Comtesse de Ségur

mémoires d'un ane

Ah quand même ! LE PREMIER livre ! C’est comme le premier amour, ça compte ! Ce n’est pas l’histoire la plus marquante de ma vie, bien sûr, mais c’est le premier livre que j’ai lu à 6 ans. Je ne me rappelle pas avoir sauté de joie à la lecture de la vie de Cadichon, mais ça me racontait quelque chose ! Ma mère ne me lisait jamais d’histoire, ni mon père d’ailleurs, je pouvais ENFIN me les lire toute seule ! Après j’ai continué avec la bibliothèque rose, puis verte, comme toute le monde… M’enfin, on oublie jamais son premier amour, non ?

2 – Nécropolis , de Herbert Lieberman

Necropolis

Publié en 1978, Necropolis a reçu le Grand prix de littérature policière la même année.  J’ai du le lire à 14 ou 15 ans. Une claque ! Un véritable choc pour l’adolescente que j’étais. Cette lecture m’a conforté dans mes goûts pour les romans noirs, où la mort et l’amour se côtoient du début à la fin, dans une valse lente comme la vie.

Dans les romans noirs, j’aurais pu choisir d’autres livres comme : le Dalhia noir (le grand Ellroy), Mémoire morte  ( Donald E. Westlake ) Un autre pays (James Baldwin) La route ( Cormac McCarthy  ) etc, etc.

3 – Notre prison est un royaume – Gilbert Cesbron

notre prison est un royaume

Paru en 1948 aux Éditions de la Jeune Parque. Ce roman obtient le Prix Sainte-Beuve.

Voilà un roman typique de l’adolescence… de mon père. Lui, grand athée et gauchiste de surcroît appréciait cet auteur catholique… J’ai adoré aussi. Le mysticisme a quelque chose de magique, chez moi. C’est déjà presque du fantastique !  Et puis Cesbron mais quelle écriture… quelle finesse… J’ai tout lu de lui.

Dans les romans … « romans » j’aurais pu choisir d’autres livres comme : Lève-toi et marche ( Bazin ) Hiroshima mon amour, ( Duras ) Le passeur de Lumière ( Tirtiaux ) Océans ( Simon) Banlieue Sud-Est ( Fallet ) et tant d’autres…

4 – Carrie – Stephen King

stephen-king-carrie

Je ne pouvais pas faire de liste sans citer King, quand même…Fan depuis la première heure, il fait partie pour moi des grands storytellers de tout temps. Bon, bah Carrie, quoi, le livre qui marque l’adolescence ! (entre autre, mais bon il en fallait un, pof : Carrie, mais j’aurai pu en choisir d’autres…)

Dans le genre écrivains fantastiques ou autres, j’aurais pu choisir : Lovecraft, Matheson, Straub, Farmer etc etc. Mais vous les connaissez tous, évidemment.

5 – Le pendule de Foucault – Umberto Eco

le pendule de foucault

Ah Eco, mais quel bonheur… C’est le type de roman qui nous emporte vraiment loin, et où l’on imagine la masse de travail pour arriver à un tel résultat. Eco est LE parfait bosseur, à mon sens, qui en plus a le talent. J’ai vraiment adoré tout ses livres, mais celui-ci en particulier. Roman d’aventures à proprement parlé, avec du mysticisme et de l’histoire des religions à fond les ballons, moi j’adore … !

Dans le genre ( ou pas ? ) j’aurai pu choisir  Colorado Saga ( Michener ) Racines ( Haley) etc etc.

Voilà j’ai fini mon exercice ! J’espère que vous aurez le loisir de découvrir peut-être quelques livres de cette liste avec autant de bonheur que j’en ai eu !